Raspberry Pi 512, déballage et installation

Date: 19/02/2013 | Catégories: Hardware,Open-source,Planet-libre,raspberry | Tags: ,,,,

Certains buzz démarrent avec pas grand chose, d'autre sont issus de vraies bonnes idées. Le Raspberry Pi B 512 est de cette catégorie là. Proposer une carte mère pour moins de 30€ avec un CPU ARM à 700 Mhz, un GPU bi-core pour un affichage "full HD" et 512 Mo de RAM. J'ai donc décidé d'acheter le modèle Raspberry PI B 512 avec un jolie boitier transparent. Ce kit est en vente chez Kubii au prix de 50€ (au passage je tiens à signaler le très bon service client de Kubii. Service rapide et personnalisé. C'est suffisamment rare pour le signaler).

Passons au vis du sujet avec le déballage et l'installation de la bête.

Pour quoi faire ?

L'avantage d'un prix aussi bas est de pouvoir se lancer dans son achat sans avoir vraiment d'idée précise d'utilisation en tête. Après quelques jours, voici une liste de choses que l'on peut ou ne peut pas faire avec un Raspberry.

Le Raspberry Pi B 512 est parfaitement adapté pour:

  • Lire des fichiers audio et vidéo en haute définition (en utilisant OMXplayer le player spécifique du Raspberry Pi)
  • auto-héberger son site personnel (avec les limites d'usages au niveau du débit de la liaison montante de votre ligne Internet) avec une configuration basée sur LightHTTPd ou sur Nginx
  • héberger son serveur VPN pour accèder à son réseau personnel depuis l'exterieur
  • superviser votre réseau (jusqu'à une centaine de machines avec 10 services/machine sans aucun problème) avec une installation de Shinken et de Munin
  • créer une borne Airplay à moindre prix (autre article en Anglais sur le même sujet)
  • développer des applications de domotique (quelques exemples ici et encore )
  • ... pleins d'autres idées qui peuvent vous passer par la tête (en voir 50 chez l'ami Korben)

Il peut être utilisé occasionnellement pour:

  • surfer sur Internet (mais il est vrai que l'on est habitué à un affichage rapide des pages, ce que l'on obtient pas avec le Raspberry Pi)
  • lire ces mails et faire un peu de bureautique simpliste

Passez votre chemin si vous voulez:

  • remplacer votre PC fixe ou mobile par un Raspberry Pi B 512...

Déballage

Commençons par la fin en montrant le résultat: mon Raspberry PI B 512 en action avec un écran, un clavier et une souris.

Raspberry PI 512

Regardons de plus prêt le coeur du système:

 

Installation

Choisir son système d'exploitation

Le Raspberry Pi est compatible avec les systèmes d'exploitations GNU/Linux. Certaines distributions se sont spécialisées pour ce matériel spécifique. La liste des systèmes d'exploitations compatibles se trouve sur cette page du site officiel. Mon choix c'est porté vers la Raspbian "Wheezy" qui est une distribution dérivée de Debian que je manipule tous les jours. Il existe également une autre distribution basée sur Arch Linux qui offre des performances équivalentes (voir l'article de P3ter sur le sujet).

Le système d'exploitation doit être stocké sur une carte SD à insérer dans le lecteur du Raspberry PI. Pour mettre le système Raspbian sur la carte SD j'ai utilisé mon PC portable sous Ubuntu 12.10 qui dispose d'un lecteur intégré de carte SD. La procédure suivante est donc à adapter selon votre matériel.

On commence donc par télécharger l'image de la dernière version de Raspbian puis de vérifier avec le logiciel sha1sum que l'archive est complète.

La valeur barbare donnée par la commande sha1sum est à comparer avec celle de référence disponible sur la page de téléchargement. Si elles différent alors il ne vous reste plus qu'à recommencer le téléchargement.

On peut ensuite décompresser le fichier pour obtenir l'image disque (2013-02-09-wheezy-raspbian.img dans mon cas):

Graver son système sur la carte SD (source: eLinux)

On commence par insérer la carte dans son lecteur (celui de mon PC portable dans mon cas), puis on utilise la commande df -h pour obtenir le point de montage (/dev/sdb1 dans mon cas) correspondant à la carte SD. Attention de bien utiliser le point de montage pour éviter de formater votre disque système !!!:

capture_036

Une fois le point de montage identifié, il faut saisir les commande suivante (en remplaçant /dev/sdb1 par votre point de montage):

Quelques explications sur cette dernière commande:

  • elle doit être lancée avec les droits root (d'ou l'utilisation de sudo)
  • if donne l'emplacement de l'image de Raspbian "Wheezy"
  • of donne le point de montage racine (égal à votre point de montage sans le nombre finale soir /dev/sdb dans mon cas)
  • l’exécution va prendre un peu de temps...

Très bien, votre carte contenant l'OS Raspbian "Wheezy" est prête à être utilisée !

Insérer votre carte dans le lecteur SD du Raspberry PI, brancher un clavier et l'alimentation micro USB et c'est parti !

capture_048

Configuration initiale du système

Au premier démarrage, vous allez avoir droit au lancement automatique de l'utilitaire de configuration "raspi-config" qu'il est possible de rappeler par la suite en saisissant la commande suivante dans un terminal:

Raspi-config se présente sous la forme suivante:

capture_040

Les différentes fonctions permettent de:

  • expand_rootfs: étendre la partition principale à la taille maximale de la carte SD (par exemple si vous avez une carte SD de 16 Go et que vous n'utilisez pas cette fonction, alors vous resterez avec une partition principale de 2 Go)
  • overscan: force l'affichage de marge pour s'adapter à des écrans 16/9 ou supérieur.
  • configurer: le clavier (configure_keyboard), le mot de passe par défaut (raspberry) de l'utilisateur par défaut (pi) (change_pass) , votre lieu géographique (change_locale) et le temps (change_timezone)
  • overclocking: comme Raspberry est une société intelligente, elle autorise l'overclocking de son matériel sans perte de la garantie (mais avec une durée de votre matériel qui risque de diminuer). Fonction à activer si vous voulez utilisez le Raspberry en mode graphique (comme client léger) ou tout autre besoin consommateur de CPU. On a le choix d'overcloking suivant:

capture_041

  • memory-split: pour définir la quantité de mémoire vive dédiée au GPU (64 Mo par défaut).
  • ssh: permet de définir si le serveur SSH doit être lancé par défaut.
  • boot_behavor: choisir si on veut démarrer le boitier en mode texte (utilisation serveur) ou graphique (client léger avec l'environnement OpenBoxLXDE).
  • update: qui est en fait un raccourci vers la commande "apt-get update && apt-get upgrade" et ainsi mettre à jour votre système (qui doit être connecté à Internet).

Premières impressions

Comme lors de  mon test du Linutop 4,  la première impression quand on utilise le Raspberry Pi avec son interface graphique LXDE, est un retour en arrière de quelques années ou il fallait attendre quelques secondes avant l'affichage des fenêtres. La lecture vidéo HD est par contre bleufante (voir le paragraphe en de billet), on voit que le GPU est parfaitement exploité.

Une fois dans un terminal, la machine réagi bien. Dans un très appréciable silence total, on utilise un système GNU/Linux minimaliste mais réactif.

Quelques tests

CPU, GPU et RAM

Sur ces aspects là, rien de notable, on est dans la norme avec ce type de matériel. Si vous voulez des chiffres pour comparer avec d'autres machines, je vous conseille la lecture de cette page Wiki chez eLinux.

Interface réseau

L'interface Ethernet est à la norme FastEthernet (soit un débit théorique maximum de 100 Mbps). Comme le Raspberry Pi n'a pas une capacité de stockage importante, cette vitesse pourra être pénalisante lors de l'accès à vos données stockées sur un NAS ou une autre machine.

Un rapide test avec Iperf montre un débit maximum en TCP de 90 Mbps en entrée et 65 Mbps en sortie. On a donc de bonnes performances pour une interface FastEthernet, en espérant une évolution en Giga pour la prochaine version de Raspberry Pi.

Multimédia

Là ou le Raspberry Pi est bluffant c'est sur les lectures audio et vidéo. En effet, avec les efforts pour adapter XBMC sur ce matériel on dispose de logiciel permettant sans aucun problème de lire des vidéos H.264 full HD.

Si vous ne souhaitez pas passer par XBMC, vous pouvez utiliser OMXPlayer de la manière suivante:

Il est même possible, pour certains besoins spécifiques d'acheter, pour des sommes assez modiques, des licences pour des codecs MPEG-2 ou VC-1.

Il lui manque quoi ?

Personnellement, je serais assez intéressé par une version luxe (à 60€ max faut pas déconner non plus) intégrant les choses suivantes:

  • une interface Gigabit Ethernet, pour avoir un connectivité haut débit vers mon NAS
  • une sortie audio numérique pour connecter le Raspberry Pi à mon DAC (iPhone + Airplay + Shairport + Raspberry Pi + DAC + Ampli = Bonheur)
  • une troisième interface USB, car les deux premières sont occupées par mon clavier et ma souris et je ne sais pas ou mettre ma clés USB 🙂

Conclusion

Nous voici arrivé au bout de ce premier article sur le Raspberry Pi, d'autres viendront vites, plus spécialisés. Je dois avoué avoir été agréablement surpris pas les capacités et le potentiel de cette petite machine. Le futur est là, devant nos yeux.

Et vous ? Avez vous craqués ? Si oui pour quelle utilisation ?

Retrouvez mes articles sur l’écosystème Raspberry Pi en cliquant ici.

  • Merci pour ton retour d’expérience, en ce qui me concerne je suis bloqué sur le FlashPlayer qui n’est pas compatible avec cette plateforme :/ ARM. j’ai bien essayé Gnash mais mon appli web ne fonctionne pas :'( j’ai aussi essayé cette technique : http://www.linuxforu.com/2012/03/linux-desktop-experience-arm-mips/
    consistant à récupérer le fichier libflashplayer.so d’une plateforme Androïd, mais là aussi, échec critique :'(

  • Moi je viens d’acheter le mien…je viens juste de tout recevoir à la maison.
    Mon but est de faire un media player (pas très original), que je fixerai sur le support VESA de ma TV.

  • Merci pour ce billet et merci d’avoir mentionné mon article. Pour ma part j’utilise le Raspberry Pi comme serveur VPN. J’ai aussi installé Redmine (ruby + mysql). J’ai aussi essayé Shinken, qui tourne sans problème 😉

  • Pingback: Raspberry Pi 512, déballage et installation - Le blog de NicoLargo | JANUA - Open Source Identity Management | Scoop.it()

  • Kevin PZ

    J’ai également craqué il y a quelques mois pour la version B du raspberry (la 512MO) acheté sur Kubii !

    Livraison relativement rapide des produits principaux (coque + raspberry), seuls les composants autour (alim par exemple) ont mit un peu de temps à arriver … Sinon rien à redire !

    Je m’en sers actuellement comme d’un équipement permettant de streamer sur mon réseau Freebox les vidéos en UPnP. Que ce soit du local (disque dur USB), ou un répertoire distant (monté avec SSHFS), la lecture est parfaite depuis ma Freebox, mon ordinateur ou mon téléphone !

    J’utilise actuellement la distribution Raspbmc, basé sur l’excellent logiciel XBMC. C’est une distribution orientée multimédia, vraiment très agréable visuellement. Pour peu que votre téléviseur supporte le HDMI CEC, il est alors possible de contrôler le raspberry avec la télécommande de la télévision ! C’est juste parfait !

  • La lecture vidéo est elle fluide sans les clefs permettant l’exploitation du décodeur matériel propriétaire ?
    Au delà du prix, certes réduit, c’est un blog privateur dans ce petit boitier qui peut tourner exclusivement avec du logiciel libre, c’est un peu dommage.

    J’ai peur que pour l’application multimedia que je recherche (media center) l’absence des codecs et la carte FastEther soient un peu critique pour un vrai confort.

  • « Graver son système sur la carte SD » juste pour pinailler (parce que le reste est très bien), on ne grave pas une carte SD 😉

  • Edouard

    Pour le nombre de port USB tu peux passer par un hub USB auto alimenté, l’intérêt étant qu’il pourra directement alimenter le RPI.

    Pour la carte ethernet, le 100Mbps est dû surement à des coûts de licence. Sur ARM tout ce paye, mais tout est modulable. Donc ils ont du prendre la licence USB et non Ethernet. Du coup le port Ethernet est en fait une carte reseau USB. J’ai testé vite faite une 2e carte USB Ethernet avec du bonding, ça change rien (le chipset USB doit limiter). J’attend donc moins aussi la meme chose avec du gigabit (cubebox?).

    Dans la liste des usages, tu peux rajoute mediacenter, avec openElec compilé directement pour le RPI ça poutre! Par contre j’ai pas trop senti l’interet des 256Mo supplémentaire (dans cet usage).

  • Willy1009

    Geoff -> les codecs ne sont utiles que pour lire certaines vidéos (le MPEG2 pour les iso DVD par exemple) la plupart des films sont en x264 donc aucun problème de lecture de vidéos.

    L’accélération matérielle sur ces vidéos fonctionnent également sans les codecs.

    Maintenant en tant que Raspbmc, il tourne très bien et lis tous mes films sans aucun problème (je n’ai que du 1080p)

  • « une sortie audio numérique pour connecter le Raspberry Pi à mon DAC (iPhone + Airplay + Shairport + Raspberry Pi + DAC + Ampli = Bonheur) »

    ya l’usb donc c’est bon non ?

    • C’est vrai mais les DAC limitent souvent la qualité sur leur entrée USB. Mais je vais essayer la chaîne avec mon DAC Cambridge:

      iPhone + Airplay + Shairport + Raspberry Pi -> USB -> DAC + Ampli

  • christophe

    Perso j’en suis tres content du miens et j’ai prevu d’en utiliser plusieurs pour des applications types domotique avancé (avec ecran tactile et serveur web où les technos types Arduino ne sont pas adapté) et une borne d’arcade.

    Par contre au passage, pour la 3 eme sortie USB, suffit de mettre un petit hub, ça revient au meme, surtout vue le debit faible que demande clavier/souris.

    Pour la sortie numerique, techniquement il y en a une déjà. Le son peut passer par le hdmi et donc sous forme numerique. Je ne me suis pas vraiment encore pencher dessus mais du coup avec un petit adapteur sur le hdmi il doit etre possible de recupérer facilement le son en numerique sans passer par un re-echantillonage de la sortie analogique

    • Pas bête je vais regarder si il existe des convertisseurs HDMI -> numérique audio TOS

      Edit: cela existe mais c’est pas donné…

  • Mais l’usb est une sortie numérique pour l’audio aussi pourquoi vous vous prenez la tête ? 🙂

  • leglen38

    Perso je l’ai configuré en reverse proxy avec une version serveur de Rapsbian.
    Dans ma boite je suis limité sur les ports ouverts. Du coup avec le reverse proxy je peux utiliser les services hébergés chez moi depuis le boulot…Pratique.

  • mirado

    Bonjour,
    Est ce qu’il est possible d’utiliser les Raspberry avec des ecrans cathodique, les veilles écrans!!?

    Je suis à Madagascar et les ecrans plats et tous ça, c’est un peu chez alors!

    Merci

    • Oui sans problème, tu as deux solutions:

      – soit tu utilises la sortie analogique vidéo (format RCA) pour connecter le Raspberry à un téléviseur cathodique
      – soit tu passes par un convertisseur HDMI vers VGA pour connecter le Raspberry vers un moniteur cathodique

  • G-rom

    Pour la sortie audio numérique tu peux passer par le HDMI et acheter un adaptateur au besoin. Idem pour l’usb, tu peux acheter un hub usb. Évidement ça pourrait, peut être, coûter moins cher si c’était de base sur le RPI.

    Mais sinon ué cette petite bête est clairement bluffante pour la lecture de vidéos. Il lui manque juste un proco plus proche des 1Ghz et double cœur.

    Si dans un an il sorte une version comme ça, avec port Gigabit, miam miam. Avoir un XBMC plus fluide et un buffer plus vide rempli je ne dis pas non 😀

  • guillaume

    Pour les deux derniers points de ce qui te manque, pas de problème : le son numérique est géré par la sortie HDMI. Par contre je ne sais pas comment la récupérer facilement, ce genre de boitier fonctionne mais c’est un peu complexe : http://www.octavainc.com/HDMI%201×1%20Audio%20Converter.html

    Pour le deuxième point, prends un clavier avec hub usb ou un hub à part !

    • fred

      pour le clavier avec hub : j’ai rencontré des problème s de stabilité, le clavier tirait trop de jus sur la prise USB pour que le raspbery fonctionne 🙁
      Du coup je pense que le hub avec alimentation externe est quand même la solution la plus élégante (si le hub est riche : alimenter le raspbery avec)

  • satbadkd

    Moi aussi j’ai acheté un raspberry pi. Je m’en sers pour svn principalement avant d’avoir le temps d’y installer un owncloud.
    C’est sûrement naïf, mais j’ai cru que je pourrais installer tiny tiny rss. Le résultat a été décevant, mais je me servais d’apache. Apparemment, les performance seraient bien meilleures avec nginx.

    • Franck

      Ma réponse arrive tardivement je sais mais peut être que ca va te conforter dans ton idée. Effectivement nginx est ce qu’il y a de mieux pour faire ce que tu souhaite. J’ai trouvé plusieurs com qui allaient dans ce sens et un test plutôt complet et réaliste selon moi -> http://www.jeremymorgan.com/blog/programming/raspberry-pi-web-server-comparison/
      J’espère que ca t’aura aidé.
      Au plaisir.

  • Benjamin

    Il lui manque quoi ?
    plus de ram et le PoE pour se passer d’une alim externe.

  • Le miens tourne depuis pas mal de mois maintenant pour XBMC (Openelec) uniquement. Aucun problème, c’est bluffant. Il est calé derrière la TV, je le pilote avec un petit clavier compact type « pour smart-tv ». Il a remplacé le Mac Mini comme media center.

  • Salut

    Test très intéressant merci ! Cela a du prendre beaucoup de temps à rédiger. J’hésite à acheter un raspberry pi pour en faire un mediacenter vu que son point fort est la lecture des vidéos. Mais j’avais vu sur certains blogs que l’interface Ethernet était particulièrement lente (ce qui peut être problématique pour lire un film 1080p), or toi as constaté l’inverse.

    Sinon il est très sympathique le boitier !

    • Attention, les tests vidéos que j’ai effectués était à partir de fichier en local sur la carte SD. Mais les tests réseaux montrent un débit > 60 Mbps donc largement suffisant pour un streaming ou du VOD en full HD.

  • Je n’ai pas été convaincu par le rasp en mediacenter. Ca vient peut être de ma version 256mo.
    Je m’en sers donc comme VPN.

  • Glenn

    « Ce kit est en vente chez Kubii au pris de 50€ » -> prix

    Super article, comme toujours. Merci !

  • Lorcan1001

    Perso j’ai aussi fait cela après l’install de raspbian http://www.tropfacile.net/doku.php/raspberry-pi/comment-mettre-a-jour-le-firmware-du-raspberry
    Je l’utilise comme portail avec apache2+ssl en front et ajaxterm + guacamole comme application.
    Par la suite je vais lui ajouter une carte relais/usb pour faire de la domotique

  • Pour la domotique, il faut noter le projet Speranto qui vise à réaliser une gamme de produits à la fois grand public (domotique) et utilisables pour les bâtiments tertiaires (Gestion technique centralisée) le projet sera open source (pour le soft) et produit en circuit court (pour le hard).
    Il vise aussi à « récupérer » les différents protocoles existants(pour les bâtiments déjà construits).
    A voir sur speranto.fr
    yves

  • Article très interessant.
    Perso j’ai deux RPi, mais en modèle 256 mo.

    J’utilise le premier comme serveur mail@home (citadel), pour la récupération de mes mails (gmail etc) via fetchmail, et comme « nas » (juste un dd branché dessus et un partage reseau nfs).
    Je prépare le 2e en ce moment avec RetroPie, pour l’utiliser comme petite station de retro gaming.

    Pour le premier, le gros point noir, c’est que le réseau passe par le même controlleur que les ports USB. Donc en cas de grosse copie sur un DD externe via le réseau, ca se sent sur les débits.
    Pour le 2nd, il faut overclocker un peu pour que ca tourne de manière totalement fluide.

    Et pour l’alimentation, rien de tel qu’un bon hub usb. Mais il faut se renseigner avant achat, car certains hub ne conviennent pas pour alimenter un pi.

  • geronimo

    bonjour, merci pour cet article. Je suis en pleine commande et après avoir lu les commentaires je ne sais pas trop si l’utilisation que je souhaite en faire me satisfera 🙁 Je souhaite l’installer à mon boulot avec un firefox d’ouvert (Module de partage d’écran TileTabs) continuellement sur les différents serveurs de supervision de notre boite (EyesOfNetwork, Cacti, Ntop…) Certains ont testé?

    • c’est un point qui m’intérresse également car je vais bientôt avoir cet réflexion à mener. Il me semble que cela puissent être possible cependant Nicolargo le précise bien : »surfer sur Internet (mais il est vrai que l’on est habitué à un affichage rapide des pages, ce que l’on obtient pas avec le Raspberry Pi) » ça me freine donc pour l’achat du raspberry pour mon boulot.

      En outre, j’en est acheté un pour faire un média center chez moi.

  • Pingback: Visto nel Web – 67 | Ok, panico()

  • Bonjour,

    Merci pour cet article intéressant.
    J’avoue ne pas avoir encore testé le Pi comme lecteur de salon, et votre article ne fait qu’augmenter mon impatience. Ça m’épate qu’une si petite machine lise aussi bien les films.

    Cordialement,
    Phil

  • julien

    J’ai testé le Raspberry en XBMC sur une installation OpenElec et franchement, je n’ai pas été bluffé.
    Il lit bien les vidéos HD mais à condition de ne pas avancer ou reculer dans ta lecture sinon ça laggue à mort.
    Pareil pour lister la bibliothèque présente sur ton NAS, c’est très très lent (dû à l’interface ethernet).

    Julien – http://www.chezju.com

  • HLFH

    https://www.miniand.com/products/Hackberry%20A10%20Developer%20Board

    J’ai pris une HackBerry, c’est un peu plus performant 🙂

  • Pingback: Raspberry Pi 512, déballage et installat...()

  • Pingback: Présentation du RaspberryPi | Linux pour Tous !()