Il n’y a pas qu’Ubuntu dans la vie…

Date: 14/10/2012 | Catégories: Open-source,Planet-libre,Systeme | Tags: ,,

En mettant de côté le monde des serveurs et des smartphones, les systèmes GNU/Linux représentent plus ou moins 1 % des parts de marché sur les PC clients. Si ce chiffre peut paraître ridicule par rapport au nombre de machines sous Windows, il l'est encore plus quand on regarde les parts des systèmes GNU/Linux autres qu'Ubuntu.

Pourtant, en ne donnant pas une chance à ces distributions exotiques, vous pourriez passer à côté d'un système adapté à votre configuration. Le fond du problème est là. La cible de Canonical (l'éditeur d'Ubuntu) est la même que Microsoft : des PC costauds, avec des cartes graphiques supportant l'accélération 3D et une mémoire confortable pour faire tourner vos applications en même temps que l'environnement graphique système (Gnome3 ou KDE).

Hors, tout le monde n'a pas les moyens ou tout simplement l'envie de dépenser plus de 700€ pour avoir un PC bureautique performant. C'est pourtant sur ce créneau spécifique des PC "low cost" que ces distributions apportent toute leur valeur ajoutée. En effet, elle sont pour la plupart basée sur des interfaces graphiques moins consommatrice de ressources hardware. Je pense notamment à LXDE et XFCE porté par Canonical sur les distributions dérivées Lubuntu et Xubuntu mais aussi à OpenBox comme dans le très bon CrunchBang Linux que j'ai testé sur un boîtier "Linutop 4" dans un dernier article. Le choix de l'interface graphique n'est pas le seul avantage de ces distributions. Elles sélectionnent également les applications proposées en standard aux utilisateurs, en préférant par exemple Midori ou Chromium à la place de Firefox.

Les plus barbus d'entre vous vont me retourner qu'il est tout à fait possible de prendre n'importe quelle distribution GNU/Linux (si possible la plus proche de la philosophie libre) et d'y installer à la main l'interface graphique et les applications de son choix. Cependant, cette démarche est justement réservée aux barbus et pas à Monsieur Lambda que l'on souhaite faire venir du bon côté de la force.

Alors que pouvons-nous faire ? Nous, défenseurs des logiciels libres. Pourquoi pas en donnant sa chance à une distribution alternative, en sortant un peu des pistes que l'on connait si bien (ne vous inquiétez pas, vous ne serez pas perdu bien longtemps). En choisissant tout simplement un système en adéquation avec nos besoins et le matériel associé. En ne refaisant pas les mêmes erreurs qui ont conduit et conduisent encore des utilisateurs vers des OS propriétaires et fermés.