Pense-bête: un deuxième disque dur pour votre GNU/Linux

Date: 11/01/2012 | Catégories: Open-source,Planet-libre,Systeme | Tags: ,,,,,

Petit pense-bête à usage interne pour installer (= partitionner & formater) un deuxième disque dur au format ext4 sur une distribution GNU/Linux.

Notes: les commandes suivantes doivent être effectuées depuis un compte root.

Préparation

On commence par vérifier la liste des disques disponibles avec la commande:

[cc]
# fdisk -l
[/cc]

J'obtiens:

J'ai donc deux disques disponibles (je suis sur une VM donc ne vous étonnez pas des tailles):

  • /dev/sda: d'une taille de 17.2 GB avec 3 partitions (sda1, sda2, sda5)
  • /dev/sdb: d'une taille de 34.4 GB sans partition

C'est ce deuxième disque (sdb) que l'on souhaite installer

Partitionnement

On commence donc par partitionner le disque en question:

[cc]
# fdisk /dev/sdb
[/cc]

Notes: Faites bien attention à lancer la commande fdisk sur le bon disque...

une seule grosse partition qui utilisera la totalité de l'espace disque:

Puis on demande à fdisk de lui affecter le type 'Linux'

Puis on valide:

La partition que l'on vient de créer portera le nom sdb1.

Formatage en ext4

On utilise ensuite la commande mkfs.ext4 pour formater la partition au format EXT4

[cc]
# mkfs.ext4 -b 4096 /dev/sdb1
[/cc]

Vérification

On vérifie que tout c'est bien passé:

[cc]
# fdisk -l
[/cc]

Nous disposons donc bien d'une disque (/dev/sdb1) de 34.4 GB

Utilisation de la nouvelle partition

Pour utiliser ce nouveau disque, il faut le monter ("mount").

On commence donc par créer un répertoire (/mnt/data) dans lequel le contenu du disque sera visible:

[cc]
# mkdir /mnt/data
[/cc]

Puis on édite le fichier /etc/fstab pour lui ajouter la ligne suivante:

On monte le disque:

[cc]
# mount /mnt/data
[/cc]

et on vérifie que le système le détecte:

[cc]
# df -k
[/cc]

Bingo, il ne reste plus qu'à écrire/lire vos données dans le répertoire /mnt/data !

  • * Et au reboot ? plus d’accès via /mnt/data
    => éditer /etc/fstab
    * Quid de l’accès par un utilisateur non root ?
    * Et si le système utilise LVM ? N’y a-t-il pas des avantages à en tirer ?

    • Tu as mal lu…

      >> * Et au reboot ? plus d’accès via /mnt/data
      >> => éditer /etc/fstab
      >> * Quid de l’accès par un utilisateur non root ?

      Il y a bien dans la procédure l’étape d’édition du fichier fstab avec le paramètre « defaults » qui inclue le champs auto qui monte le disque pour tout le monde…

      >> * Et si le système utilise LVM ? N’y a-t-il pas des avantages à en tirer ?

      LVM. Pas de grosses valeurs ajoutées pour une partition qui utilise la totalité de l’espace disque. Mais c’est vrai que c’est une solution si l’on suite plus tard repartitionner le disque.

      • Sympas ! Ça me rappelle mes cours de Licence 🙂

        Note tout de même, ça aurait été intéressant de préciser l’utilité et la signification des options du fstab … (et éventuellement, d’autres possibilités).

        M’enfin, je dis ça, je dis rien. Il parait que la critique est facile et l’art difficile 🙂

        Bien à toi

  • Pour LVM :
    * pvcreate /dev/sdb1
    * au choix :
    ** vgcreate monNouveauGroupe /dev/sdb1
    ** vgextend monVieuxGroupe /dev/sdb1
    * lvcreate [-L taille] -n MonVolume MonGroupe

    Et après c’est pareil

  • Effectivement, bon article 🙂 .

    Il aurait peut-être été plus judicieux d’utiliser les ID des disques non ?

    Lancer blkid en root, et récupérer l’id, à mettre à la place de /dev/sdb1.

  • C’est la base, mais ça peut servir à du monde 😉

  • samuel44

    Pour le fstab, pas mieu d’utiliser le uuid du hdd ? Car en cas de rajout d’un disque la lettre peu changer.
    Pour connaître le uuid: #blkid /dev/sdd1 et dans le fstab mettre le uuid sans les guillemets.
    Bonne journée

  • Pingback: Nicolargo : Pense-bête: un deuxième disque dur pour votre GNU/Linux | Actualités de l'open source | Scoop.it()

  • Pingback: Nicolargo : Pense-bête: un deuxième disque dur pour votre GNU/Linux | Logicamp | Scoop.it()

  • Pingback: Nicolargo : Pense-bête: un deuxième disque dur pour votre GNU/Linux | | LogicampLogicamp()

  • Merci beaucoup pour le tuto. Pour ma part j’ai eu direct une erreur qui vient de la taille du disque. Passé les 2 To il faut utiliser parted.
    J’ai suivi ce tuto et ça marche nickel 🙂 http://www.cyberciti.biz/tips/fdisk-unable-to-create-partition-greater-2tb.html

  • J’ajouterai que si ta VM est sur vSphere, il faudrait aligner la partition, pour gagner en performances… 😉

  • Pingback: Nono’s Vrac 33 « m0le'o'blog()